dimanche 8 décembre 2013

Fontainebleau



We, french people are known to be (too much) proud of ourselves and chauvinistic. We always brag about our tastefull cheese, delicate cuisine and delightfull wines… Our football team is, for sure, the best of the world, our towns and landscapes the nicest and our girls the prettiest … I am not so sure about all of it ;)
But What is certain ; we have the best bouledring aera : The worlwide famous « Forêt de Fontainebleau ».



25 000 ha of magic wood dotted with millions of gorgeous sandstone bouders.
Whatever your level you will for sure find a little treasure, and little candy for climber… or at least you will have lot of fun trying and trying a nice project !

Even if you are not so much into boulder climbing, you should at least come there to enjoy this gift of nature, to have fun and to extend your climbing experience.

It is exactly in this mode we have been 3 days climbing in fontainebleau forest with Ena.

First day was used to become accustomed with the specific way of climbing. Every holds are quite flat and it is all about balance and friction. We were lucky to have dry and cold weather because climbing is really condition depending.

On the two other days we were able to focus on our little useless, funny and great projects. As I was able to flash some 7a problems and in the same time completly unable to move in some 5a, I guess grades are not the most important there ;) Anyway we manage to achieve our little goals and Ena has sent her 6c+ slab (La défroquée) while I was pleased to climb on this compressive 7b traverse (La ballade du Graviton).





We visited 3 sectors : L’Elephant, La roche aux sabots and Bas cuvier, but there are so other nice sectors, great boulders and funky projects that we will for sure be back there …


Antoine 

samedi 9 novembre 2013

La Fiesta de los Biceps



Partir deux mois en expédition  n’est pas forcément le top pour garder la frite en escalade. Un bon camp de base à 5300m, 40 jours à brasser dans la neige… rien de mieux pour perdre tous ses petits muscles de grimpeur.
Le retour à la varappe à main nue peut faire mal. Aux bras bien sûr mais aussi à l’ego.
Il ne vaut mieux pas trop regarder les cotations sous peine de finir en dépression.
Imaginez une pomme de terre qui grimpe, pas très sexy comme image mais assez proche de la réalité du retour d ‘expé !

Ce qui est tout de même sympa avec ce sport ingrat qu’est l’escalade sportive, c’est qu’on peut se faire autant plaisir dans un 6a, un 7a, ou un 8a. Alors on range sa petite fierté de côté et on recommence tout doucement à grimper.

L’Espagne est une destination idéale pour une reprise en douceur. Des falaises de partout, plutôt orienté dévers à grosses prises, du soleil des tapas et des bières à 1 euro pour les jours de repos ;)

C’est donc à Rodellar que je replonge mes mains dans des concrétions calcaires après 2 mois dans les moufles !
Après quelques jours de gonflette dans les dévers à colos, nous partons pour les Riglos avec Ena.


Le vrai objectif du trip est d’aller faire un tour dans « La Fiesta de los Biceps ».


Cette voie mythique située dans la paroi de la Visera est réputée dans toute l’Europe comme un des itinéraires « accessibles » les plus déversant. D’ailleurs le monde sur le parking confirme la renommée de la voie : Autrichiens, Allemands, Anglais, Espagnols bien sur et donc Franco/Croates font la queue pour aller se régaler de ces patates déversantes. Mais nos biceps sont plus en mode Siesta que Fiesta pour le moment et nous décidons d’aller rendre visite à  «  Mosquito », la voie la plus abordable de la Visera. Une belle balade aérienne en 6a obligatoire et 6b+ max qui permet d’admirer les autres cordées qui s’échinent dans la fiesta, de s’acclimater à l’ambiance de cette paroi et cette grimpe coglomératiquement surprenante.



Le jour J nous avons la chance d’être la seule cordée dans la ligne. L’itinéraire n’est pas des plus compliqué à trouver : il suffit de suivre la trainé blanche de magnésie laissée par les autres grimpeurs.




Ce qui est en revanche un peu plus complexe est de se rendre compte de ce qui nous attend dans le haut de la voie. Ce que dit Arnaud Petit dans son topo « c’est très, très déversant » serait presque un euphémisme. On se rend bien compte en grimpant entre les points et encore plus aux relais que le gaz est omniprésent. 


L’ambiance est dingue et la grimpe complétement démente. Une fois le doute levé sur la solidité des dites patates, on arête de grimper en mode tuberculeux et on se régale tout simplement. Jamais un mouvement plus dur que les autres, jamais un pas de bloc sordide, un pur plaisir de continuité.
Les longueurs s’enchainent : 6a,6a+,7a,6c,6b+,6b+,7a,6a,5 et c’est complétement rincés que nous arrivons avec Ena au sommet de la Visera. On n’aura surement pas le record de vitesse de la voie mais le plaisir d’une grimpe extraordinaire avec la satisfaction de l’enchainement à vue de toutes les longueurs. Il nous reste la jolie descente à pied pour aller se jeter sur une grande bière et une assiette de patates, frites cette fois !



Antoine

jeudi 22 août 2013

Jenjavi - Anica kuk



Paklenica is like a candy box for climbers. You can pick a spicy little boulder, a very sweet sportclimbing route, a tastefull short multipitch… all of these in a fantastic landscape, close to adriatic sea and on a limestone close to perfection !

If you want to find the little cherry on the cake you should definetly look toward Anica kuk. If you like big wall climbing, this « El croatian Cap » will suit you like hell.
Every climber when looking at this gorgeous NW face will feel his palm sweating and his heart beating… Only one option : climbing this 350 m of vertical rock.



One more time there are routes for everyone. « Rookies Big wallers » will have fun in esay classics such as « Mosoraski » or « Velabitaski » (both routes are graded 6a maximum). Expert ones will play and put all their energy in « Brid Klina » (7b+), «Himalaya sport» (7c+) and why not the irrestible «Spider» (8a).

Whatever your favourite style : crags, walls, overhangs, slabs… you will definetly enjoy climbing in Anica Kuk.

Last year with Ena Vrbek we climbed the beautiful « Albatros » (7a)


This year my favourite local mountain rescuer wanted to try « Jenjavi » (7a+). On last 22 of august at 8 am. We were at bottom of the wall :



The route is realy easyy to find. You have nice pannels and good trails in this National Park and even the name of the route is written below first pitch.



The 3 first pitches are definetly the crux of the route (7a,7a+,6c+). The style of climbing is slightly overhanging with finger mooves on crimps and crags. Foot work is important too but the climbing is mostly physical. Power endurance is the key to onsight this first part of the route. The route is so well (too much ?!?) bolted that aid climbing would be quite easy. But it really worth  kicking his own little bottom to  free climb it.




Just one little fall at the very end of 7a+ prevents Ena to flash as a second these 3 beautiful pitches but she arrives to belay with a hudge smile. 




It’s now her turn to lead. The 4 th pitch is a long traverse to the left. It’s graded 6a, really well bolted and the holds are quite good but it’s bit impressive climbing with 100m of vertical rock below feet.





One other really nice 5c on crazy limestone leads you to the easyy pitch graded 4a.



7th,8th and 9th pitches are in the same style. (6b,6a+,6a). Bit of overhang on really good holds. At this point  arms and fingers start to pain you smoothly. The really nice ledge on 7th belay should be appropriate for a litlle rest but there is still along way to summit…






Ena leads the 3 last pitches and the 10 th will remember her swear words for ages. Unfortunatly my parents education prevent me from translating… but this « stupid » classical 6a chimney is really something. It can be called climbing but with every single part of your body. One more time the really good bolting make the fall not dangerous even if you want everything but falling in this chimney !



Two beautiful and easy going pitches of 5a brings you to summit of the route.



Then few meters of walking are needed to reach summit of Anica kuk. The sea side view is fantastic and you can be pleased of this beautiful climb.


It tooks us 7h to climb this 350 m route (7a,7a+,6c+,6a,5c,4a,6b,6a+,6a,6a,5a,5a)
but we managed to onsight every pitches we leaded. One more reason to have a big smile on summit.



30 to 45 minutes are needed to go down in this « mountain goat » terrain with classical red and white marks to guide you.

So climbers from all over Europa, you should hurry up to go discovering this beautiful Anica kuk. I am just afraid you will fall in love with the wall and want to go climbing there again and again.



Equipment needed :

·      Harnesses, climbing shoes and chalk.
·      Helmets (Thank you Dragec ;)
·      14 quickdraws.
·      3 screw biners and belay device for each climber.
·      2 *120 cm slings.
·      50m climbing rope and 50m hauling rope.
·      Guide book (Boris Cujic, Paklenica 2013 Edition)
·      Coffee before climbing, Fish dinner with good beers after climbing at Dinko. The best restaurant in Paklenica, located near entrance of Big Canyon when you leave the main road. « Nema Dinka do Dinka »
·      Little pharmacy or at least  phone number of  mountain rescue service (HGSS). I can recommand you some cute rescue girls ;)



Antoine Bletton.

mercredi 31 juillet 2013

Fast and light



Le prochain projet du GMHM se situe en Himalaya. Le 6 septembre prochain nous partons pour la face Sud du Shishapangma. Le 14 eme sommet de plus haut de la Terre.
Un des objectifs est de répéter la voie anglaise, ouverte en 1982 par Scott, Baxter-Jones et MacIntyre. Un couloir de neige/glace de 2000m de haut, des difficultés semblables à la face Nord des courtes mais à 8000m… tout un programme ! L’idée est de répéter cette voie le plus rapidement possible. « Fast and light », pur style Alpin…

L’entrainement au GMHM a donc été tourné dans cette logique : Un gros travail de volume de dénivelé avec entre 3000m et 5000m par semaine depuis les vacances de Noël. Ce qui donne pour ma part quasiment 100 000 m de dénivelé positif en ski ou à pied. En plus de ce quantitatif, les beaux mois de Juillet et Aout nous ont permis de faire du qualitatif : répéter des itinéraires en altitude peu techniques mais le plus rapidement possible.
Le massif du Mont-Blanc est un terrain de jeu et d’entrainement incroyable. Les télécabines permettent de prendre de l’altitude facilement et de redescendre sans trop s’user les genoux et le dos !

Le chronomètre fait donc partit de la course même si le but premier est de grimper ensemble et se faire plaisir en montagne.

1er acte au couloir Mallory en face Nord de l’aiguille du midi. Avec Did et Seb Bolt nous avalons ce footing alpin en 2h30 benne-benne.

2 eme acte : le Mont-Blanc par Durier et l’aiguille de Bionnassay en partant de la Gruvaz.

Avec Valentine (Médecin de l’expé) et Nono, mon « copain crétin » favori, nous partons après la journée de travail et le film de Darwin, à 01h du matin. Après avoir marché et grimpé toute la nuit nous débouchons au sommet de la bosse à 09h. Excellent entrainement avec pré-fatigue. Au sommet du Mont-Blanc nous étions dans le même état robotique qu’en expé !



3 eme acte avec Seb Ratel. Il ne viens pas avec nous au Shisha pour pouvoir attaquer la formation de guide à l’Ensa et s’est donc moins mis la « trash » en foncier.


Il est pourtant en forme le bougre et nous courons sur l’arête Kuffner. 1h30 de la rimaye au sommet du Mont Maudit !



4 eme acte : Pilier Gervasutti au Mont-Blanc du tacul. Une course qui grimpe plus avec un peu de poids dans le sac pour se rapprocher de ce que l’on va rencontrer en expé.


C’était un plan B car l’itinéraire envisagé avec Nono (L’inominata au Mont-Blanc) était trop dangereux avec le mauvais regel du moment. Le chrono n’est pas excellent : il nous faut 7h de la rimaye au sommet (sachant que cette course a été faite en solo en 3h30 !) mais c’est un super entrainement et une belle journée en montagne.



Un été au pas course avec le sentiment d’être prêt physiquement pour essayer mon premier 8000m. Reste maintenant un peu de grimpe/repos en Croatie pour être prêt mentalement pour ce joli défi.


                                                                                                            Antoine.