vendredi 21 novembre 2014

Champion de France militaire d'escalade



Petite crise de la trentaine ? Ego trip ?? Poussée nombriliste ??? Qu’est ce qui lui prend à Tonio de faire un post avec un titre aussi pompeux et que des photos de lui ? Il n’est vraiment pas bien le type, à parler de lui à la troisième personne du singulier…
Non, je vous rassure. Ca ne va pas trop mal. En tout cas pas plus mal qu’avant J
Juste un peu de mal à cacher ma joie, dissimuler ma fierté. Et puis zut, j’assume. Je suis vraiment content de ce titre de Champion de France militaire d’escalade. Pour être honnête je visais juste une place en final, alors un podium et sa première place, ce n’est que du positif.

Le Championnat de France Militaire d’Escalade (CFME) a lieu tous les ans au gymnase de l’Ensa à Chamonix à la mi novembre. Depuis quelques années, il est agrémenté d’un Championnat International du Sport Militaire (CISM). Des grimpeurs internationaux de grande classe viennent nous mettre des pilules dans les voies et dans les blocs… C’est quand même super classe de se retrouver en finale avec des grimpeurs comme Klemen Becan (slovénie), Marcello Bombardi  (italie), Patrick Nacht (suisse) qui tournent tous en coupe du Monde.


Klemen Becan, à l'aise en finale...

Chaque année nous partons en expédition avec le GMHM, classiquement début septembre pour rentrer fin octobre. En 2012 nous revenions du Kamet. En 2013 nous revenions de notre première tentative au Shishapangma. Autant dire qu’il est difficile de reprendre la forme en 1 mois d’escalade après 2 mois de camp de base. A chaque fois c’est un plaisir de grimper au CFME qui reste une compétition avec un esprit sympa.
J’avais pourtant la frustrante sensation de ne pas pouvoir m’exprimer à 100%. Cette année l’expé réussie en avril/mai au Shishapangma nous a couté quelques plumes et je n’avais pas trop envie de repartir cette automne. J’étais donc plus libre cet été pour me préparer pour les prochains projets du groupe  et surtout pour grimper.

Depuis début septembre nous avons mis en place, avec une précieuse aide extérieure, un entrainement plus rigoureux. J’ai presque l’impression que l’on ressemble à de vrais sportifs J
Entrainement mental avec Karine Edouard. Nutrition et préparation physique avec Laurent Buttafoghi. Suivi osthéo avec Sébastien Bourgeon… aux petits soins le GMHM. Il est encore trop tôt pour vérifier l’efficacité de notre préparation sur les plus hautes montagnes de la planète. Cependant, j’ai l’impression que pour mon cas et pour la partie escalade ça semble fonctionné plutôt très bien.
Le 31 octobre dernier, j’enchaine mon premier 8b en falaise. Le 14 novembre dernier je clipe la chaine de mon premier 8a à vue (en salle). Prêt pour les CFME on dirait !


Les copains que j’emmène prendre l’avion pour la Patagonie lundi dernier me rajoute une couche de pression : « Si tu fais pas podium, on te parle plus en rentrant …»
Merci Nono Bayol, tu m’aides vachement !!

Revenons à la compétition :
Mercredi 20 novembre, nous voilà à 7h30 au gymnase de l’ensa à regarder les démos dans les voies de qualification… Un joli 7a (ouvert par le célèbre Pétiole) puis un magnifique 7b (ouvert par Greg Muffat et Nico Potard). L’essentiel est assuré, j’enchaine les 2 voies et me qualifie pour les ½ finales du lendemain.
Jeudi 21 novembre, re 7h30 !!  Au programme un 7c/c+ assez sélectif qui part dans le toit de l’ensa, traverse en déescalade à gauche pour rejoindre le copy-rock très technique et résistant. La pression monte un peu en isolement. Mon vrai objectif est de me qualifier pour la finale. 8 français seront sélectionnés. J’ai intérêt à bien grimper et tout donner…Le palpitant s’accélère quand viens mon tour. Vite les petites vagues. Inspirer, expirer… ça va pas mal. Je fais quand même une belle erreur de lecture qui manque de me faire tout foirer à la moitié de la voie. Bizarrement, après être presque tombé, je me détache complétement de la pression. Je me dis que la suite n’est que du positif car je suis encore en train de grimper… Bien relâché et parfaitement concentré sur l’instant présent, je prends du plaisir à grimper et monte bien haut dans la voie. Je tombe au dernier mouvement ce qui m’assure une place en finale. Objectif atteint, maintenant ce n’est que du bonus !





Les ouvreurs Fabrice Judenne (Entraineur du club de Chamonix), Serge Blein (Entraineur du club de Briançon), Romain Desgranges (meilleur grimpeur français de difficulté) se sont bien creusés la tête pour nos concocter une voie démente qui tourne autour des 8a+. Je lis la voie jusqu'à la dernière dégaine, la suite me semble martien !

C’est partit pour la finale. Beaucoup de monde est venu pour nous encourager. Ca ne me rajoute pas de pression, au contraire les encouragements des potes que je reconnais à la voix me poussent vers le haut. Après un passage rigolo sur les boules de geisha, je me surprends à être assez bien. Chaque mouvement vers le haut est un de gagné, ni plus ni moins. Je ne tombe toujours pas… ça me surprend un peu. Je donne tout et inévitablement la pesanteur me rappel à la dernière dégaine de la voie… en même temps je ne savais pas trop quoi faire après J Le résultat ne m’importe pas trop a cet instant car je j’ai pris beaucoup de plaisir à grimper. J’ai tout donné et ne pouvais pas faire beaucoup mieux.





Les résultats tombent. Sur une voie qui compte 40 prises je tombe avec la n°37. L’italien Marcello Bombardi qui sort la voie, remporte la compétition internationale. Derrière lui 3 grimpeurs tombent avec la prise n°39 et seront départagés au temps (dans l’ordre : Alesandro Zeni (ITA), Filip Piotr Babicz (ITA), Klemen Becan (SLO). Je fini donc 5 eme de ce classement international (CISM) et 1er Français. Le 2 eme français (Cédric Sarini) tombe avec la prise n° 36. Ca se joue à rien… Pour compléter le podium français Boris Bihler termine 3 eme et sera classé 1er Vétéran, c’est donc Cyril Duchene qui prend la troisième place.

Champion de France militaire d’escalade. 


C’est encore plus que j’espérais et je suis vraiment content… surtout que les copains vont pouvoir me reparler en rentrant de Patagonie J

Merci à toute l’équipe de l’EMHM pour l’organisation de ce bel événement, notamment à la cellule com et c3m pour la réactivité et les belles photos de cet article.


Tonio


1 commentaire:

  1. Pfffff.... comme tu leur mets la misère en taille sur le podium :p

    RépondreSupprimer